Arts

Compétences sociales et interaction des enfants à l’ère numérique

8 septembre 2021

Au quotidien, nous voyons des personnes dans le train, au restaurant, dans la salle d’attente d’un cabinet médical, ou dans la circulation les yeux fixés au téléphone, alors que leur environnement mérite d’être vécu en pleine conscience et en interaction avec les gens les entourant. En effet, les adultes doivent aussi équilibrer leur temps entre la vie réelle et la vie sur le web. Les plus jeunes, de vrais natifs du numérique, passent encore plus de temps dans le cyberespace, ce qui peut influencer négativement le développement de leurs compétences et interactions sociales .
En premier lieu, il est à noter que le temps que l’on passe à l’écran est plein d’interactions sociales. Les applications FaceTime et réseaux sociaux, les jeux vidéo, les textos sont des façons de communiquer dans ce monde médiatique, et c’est ainsi que réagissent les jeunes sur le web. Pourtant, le développement des compétences sociales d’engagement et d’attention ainsi que leur pérennité sont une nécessité de TOUS les jeunes sur le cyberespace et même pour décrocher un emploi.

Les parents, en présence d’autres amis, d’autres parents ou dans une communauté, se sentent encouragés à demander à leurs enfants de ranger leurs écrans. Privé d’écran, l’enfant entre en véritable contact avec les autres, ce qui le stimule inconsciemment à entreprendre un contact visuel engageant, une posture correcte, des expressions faciales convenables, des émotions réelles et, parmi elles, le plaisir d’avoir une interaction sociale. Ces conversations sont des opportunités pour les enfants, elles peuvent être engagées lors de repas familiaux, de sorties, d’activités scolaires, d’événements, etc .

Les jeunes enfants ont besoin d’interactions en face-à-face afin de ressentir de réelles émotions. En ligne, les interactions sont nombreuses en quantité mais de qualité médiocre. On y constate un phénomène de cyber-intimidation très répandu en raison d’un manque de répercussions instantanées pour les mauvais comportements, contrairement à la vraie vie où le comportement d’intimidation est atténué par une réaction émotionnelle ou empathique. Sur le web, les emojis et les textes s’utilisent pour fonctionner comme des émotions, mais ce n’est pas le cas car, par exemple, rire avec un ami face-à-face ne ressemble pas à un emoji dans une conversation à distance. La règle à retenir ici est qu’en présence des autres, les téléphones sont à ranger. Réservez la connexion sur Snapchat, TikTok et Facebook aux moments où vous êtes seul.

Dès un jeune âge, les parents peuvent former leurs enfants aux compétences sociales. Ils peuvent par exemple leur enseigner la valeur de l’amitié, du soutien amical, du sentiment d’appartenance… Ils peuvent aussi leur montrer leur potentiel de développement quant à leurs compétences sociales comme l’esprit d’équipe et de collaboration avec les autres, la communication efficace, la gestion des conflits, la gestion des émotions négatives et du rejet. Ils peuvent également leur déclarer ce qu’ils attendent d’eux par rapport au comportement social, tel que le contact visuel, le respect des autres interlocuteurs, le reflet des émotions, et autres. Tous ces éléments sont des compétences sociales importantes qui, en présence et en l’absence des écrans, facilitent la vie en société des enfants à mesure qu’ils vieillissent.